Indications de l'examen anatomopathologique du placenta
Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : 4 Octobre, 2015


 
  • IDICATIONS DE L'EXAMEN HISTILIGIQUE DU PLACENTA :

    • Indications maternelles
      • Diabète gestationnel sévère
      • HTA et grossesse.
      • Maladies de collagènes
      • Anémie sévère
      • Fièvre périnatale
      • Saignement non expliquée au troisième trimestre
      • Infection pendant la grossesse : HIV,syphilis, toxoplasmose, CMV, HSV (herpès) primaire, rubéole.
      • Traumatisme maternel

    • Indications obstétricales :
    • Indications fœtales
      • MFIU pendant le travail

      • Retard de croissance in-utero (poids < 3° percentile)

      • Croissance asymétrique

      • Poids fœtal supérieur au 97° percentile (macrosomie)

      • Infection fœtale

      • Malformations fœtales majeures

      • Anomalies de caryotypes

      • Grossesse gémellaire avec discordance de croissance supérieure ou égale 20 %

      • Grossesse multiple.

      • Anasarque fœto-placentaire (hydrops foetoplacentaire) : œdème généralisé foetoplacentaire.
        • Étiologies :
          • Anomalies cardio-vasculaires fœtales (avec insuffisance cardiaque)
          • Anomalies pulmonaires compressives.
          • Infections in utero : CMV, toxoplasmaose, rubéole, parvovirus, syphilis, herpès simplex.
          • Anémies fœtales : parvovirus ; allo-immunisation Rhésus ; hémorragie fœtomaternelle ; syndrome transfuseur-transfusé ; hémoglobinopathies ; autres...
          • Anomalies chromosomiques et certaines anomalies congénitales
          • Tumeurs fœtales.
          • Maladies métaboliques.

      • Altération du rythme cardiaque fœtal

      • Signes de souffrance fœtale aiguë ou chronique

      • Infection (ou suspicion d'infection) materno-fœtale au cours du travail

      • Fièvre maternelle au cours du travail (38° ou plus)

      • pH inférieur de 7,0

      • Apgar inférieur ou égal 06

      • Réanimation par ventilation assistée supérieur à 10 minutes

      • Anémie sévère (hématocrite moins 35 %/)

    • Indications placentaires
      • Anomalies placentaires :
        • Taille ou poids anormaux pour l’âge de grossesse.
          • A terme : le poids du délivre (annexes foetales) est moyenne = 620 gr ; ce poids groupe l'esemble des compostantes du délivre :
            • 100 g de membranes ;
            • 150 g de sang maternel ;
            • 70 g de sang feotal ;
            • 300 g de paranchyme placentaire.

          • Le poids de placenta à terme, sans les membranes ni le cordon : 490 g ± 150 g

        • Hématomes.
          • Hématome décidual marginal (hématome latéroplacentaire) : secondaire à une rupture d'une veine utéro-placentaire ; situé à la marge du placenta ou au contact de la zone d'insertion placentaire.
          • Hématome décidual basal (l'hématome rétro placentaire vrai) : secondaire à une rupture ou une thrombose d'une artère utéro-placentaire ; de siège central ou latéral, entre la face maternelle du placenta (plaque basale) et la paroi utérine.

        • Coloration anormale de la plaque choriale (teinté , ferreux dans les vieux hématomes marginaux)

        • Mauvaise odeur placentaire.

        • Birdes amniotiques (maladie amniotique).

        • Tumeurs placentaires :
        • Dégénérescence kystique du placenta (môle partielle)

        • Amnios noueux (amnion nodosum) : granulations grisâtres de 2-3 mm (accumulation de vernix dans l'épithélium amniotique) ; saillantes à la surface des membranes ; se voient dans les oligoamnios chroniques.

      • Anomalies de la configuration du placenta : cotylédon aberrant ; placenta multilobé.

      • Anomalies d'insertion placentaire : placenta accreta ; placenta prævia.

      • Anomalies d'insertion des membranes amniotiques sur le placenta (sur sa plaque choriale) : placenta cirumvallata (circumvallé) ; placenta extrachorial ; placenta marginé.

      • La grossesse extra-membranaire : suite à une rupture des membranes qui survient habituellement au cours du 2ème trimestre de la grossesse, le foetus sort de la cavité amiotique et survit au contact de la caduque utérine pariétale (risque d'hypoplasie pulmonaire et détresse répiratoire néonatale). Le sac amniotique dans ce cas est aplati, avec amnios noueux et placenta toujours extrachorial.

      • Vaisseaux prævia ; hémorragie de Benkiser.

      • Infarctus placentaire : obstruction d'une ou plusieurs artères utéro-placentaires entraînant une ischémie et infarctus du paranymphe placentaire correspondant.
        Macroscopiquement ce sont des lésions de 1 à 2 cm de diamètre parenchymateuses à un point de départ à partir de la plaque basale ; rouges quand elles sont récentes, puis blanc jaune (dépôts de fibrine) dans les infarctus anciens

      • Thrombose vasculaire placentaire :
        • Thrombose sous-choriale massive (môle de Breus) : hématome de quelques millimètres d'épaisseur séparant toute la plaque choriale (au moins la moitié) du parenchyme placentaire sous-jacent ; rouge au début, puis blanc jaunâtre lorsque il est ancien.
          Secondaire à une thrombophilie maternelle, ou iatrogène (geste invasif), et dans le placenta circumvallata.
        • Thrombose intervilleuse : observée dans le diabète, la drépanocytose et l'hydrops.

      • Infiltration par des dépôts fibrinoïdes de la plaque basale (face maternelle du placenta) ou Maternal floor infarction : plaque basale blanchâtre nacrée et infiltrée par des dépôts fibrinoïdes sur environ 3 mm.

        Cette pathologie peut s'associer à un RCIU ou MFIU au cours du 3° trimestre ; elle est probablement lié à un conflit immunologique entraînant une villite chronique, nécrose syncytion-trophoblastique, agrégation plaquettaire et dépôts de fibrine.

        NIDF (Dépôts massifs de fibrine périvillositaire) est identique à (Maternal floor infarction), mais les dépôts fibrinoïdes touchent le parenchyme placentaire ; il s'associe à des retards de croissance in-utero quand plus de 30 % du placenta est touché, voire la MFIU dès 40 à 50 % du placenta est atteint.

    • Cordon ombilical :
      • Thrombose des vaisseaux ombilicaux (1/1300 délivrances et 1/1000 autopsies néonatales) :
        • souvent c'est la thrombose de la veine ombilcale (75 % des cas).
        • thrombose d'une ou les deux artères ombilicales
        • dans 20 %, il s'agit de la thrombose de la veine ombilicale et d'une ou les deux artères utérines.
        • Peut être secondaire à une torsion du cordon, ou à une compression funiculaire.

      • Hématome et anévrisme du cordon

      • Vrai nœud du cordon

      • Artère unique (0,7 % des naissances) ; rarement hypoplasie d'une artère ombilicale (0,01 % des naissances)

      • Tumeur du cordon (kyste du cordon ; angiome ; tératome)

      • Mégacordon (diamètre supérieur à 4 cm (défaut de la fermeture de l'ouraque avec fuite urinaire dans la gelée de Warton)

      • Absence de gelée de Wharton :
        Vaisseaux funiculaires (veine et artères ombilcales) dénudées

      • Cordon court (inférieur à 30 cm) ou cordon long (supérieur à 100 cm)
        • La longueur de cordon est influancée par la mobilité foetale et l'étirment qu'ils provoquent sur le cordon ; donc le cordon court peut être dans certains cas, révélateur d'anomalies du développent neuromoteur foetal.

      • Insertion vélamenteuse du cordon

      • Anomalie de spiralisation des vaisseaux funiculaires (un tour de spire complet des deux artères utérines / 5 cm) :
  • Références :
    • Pathologie feotale et placentaire pratique. Ouvrage collectif de la Société Française de Foetopathologie (SOFFOET) sauramps médical 2008. p;333:355.
    • E. Philippe, C. Charpin "Pathologie gynécologique et obstétricale", Editions Masson 1992.


 
   

Liste des termes

Accueil du livre
 
 

 
www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com


  Paris / France