(Alphabet arabe) ;
Voir aussi : Calligraphie arabe
Création : Dr Aly Abbara

:
ҡ
(1) (2), (3), (4), (5), (6), (7), (8), (9), (10), (20), (30), (40), (50), (60), (70), (80), (90), (100), (200), (300), (400), (500), (600), (700), (800), (900), (1000)


:

ǡ ȡ ʡ ˡ ̡ ͡ Ρ ϡ С ѡ ҡ ӡ ԡ Ւ ֒ ء ١ ڡ ۡ ݡ ޡ ߡ ܡ
Lettre arabe
Nom arabe
Lunaire
solaire
Prononcition
du nom en
français
Prononciation
proche et
Translittération
Au début
du mot
entre deux
lettres
A la fin
du mot
début, entre deux lettres et
fin du mot
Valeur numérale

Alif
a
 
1

 
 
a
 
1

 
 
ou
 
 
 
1

 
 
i
 
 
 
1
 
 Alif
mamduda
â
 
 
1
 
 Alif
maqsura
a
 
 
 
1

 
Hamza
a
i

a
 




a


a



i
1
Ba’
b
2
Ta’
t
400

 

 

Ta’
marbuta
t
  
  






  
400
Tha’
th
500
Jim
j, dj
3
Ha’
h
8
Kha’
kh
600
Dal
d
4
Zhal
zh
700
Ra’
r
200
Zay
z
7
Sin
s
60
Chin
shin
ch, sh
300
Sad
s
90
Dad
Dhad
dh
800
Ta’
t
9
Za’
z
900
‘Ayn
70
Ghayn
gh
1000
Fa’
f
80
Qaf
q
100
Kaf
k
20
Lam
l
30
Mim
m
40
Noun
n
50
Ha’
h






5
Waw
ou
w
6
Ya’
i, y
10
L'affichage est optimisé pour IE (Internet Explorer) ; avec les autres navigateurs les liaisons entre les lettres ne s'affichent pas correctement ; pour cela, consulter ce tableau sous forme d'image.








Fatha
Sa présence sur une lettre veut dire qu'il faut prononcer (a) court apèrs la lettre concernée
Dhamma
Sa présence sur une lettre veut dire qu'il faut prononcer (ou) court apèrs la lettre concernée
Kasra
Sa présence sous une lettre veut dire qu'il faut prononcer (i) court apèrs la lettre concernée
Soukoun
Sa présence sur une lettre veut dire qu'il faut laisser la lettre concernée sans voyelle court (Fatha, dhamma et kasra)
Chadda
Sa présence sur une lettre veut dire qu'il faut prononcer la lettre concernée deux fois de suite, la première fois avec soukoun et la deuxième fois avec la petite voyelle associée au chadda (Fatha, dhamma ou kasra).







Sa présence sur lettre de la fin d'un mot veut dire qu'il faut prononcer (an) apèrs la lettre concernée
Sa présence sur lettre de la fin d'un mot veut dire qu'il faut prononcer (on) apèrs la lettre concernée
Sa présence sur lettre de la fin d'un mot veut dire qu'il faut prononcer (in) apèrs la lettre concernée

  • Lettres solaires : quand un mot commence par une lettre solaire, on ne prononce pas la lettre (L) de l'article défini en arabe (AL) ;
    Exemple : AL-Chamsu (le soleil) se prononce (Achchamsu).
  • Lettres lunaires : quand un mot commence par une lettre lunaire, il faut prononcer la lettre (L) de l'article défini en arabe (AL) ;
    Exemple : AL-Qamaru (la lune) se prononce (AlQamaru).