Grossesse gémellaire et grossesse multiple
Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : 23 Octobre, 2016


 

Grossesse gémellaire et grossesse multiple

  • Synonyme :
    • Gémellité
    • Grossesse multiple
    • Grossesse plurifœtale
  • Classification des grossesses multiples selon le nombre de fœtus
      • Grossesse gémellaire : Développement simultané de deux fœtus dans un même utérus.
      • Grossesse triple : Développement simultané de trois fœtus dans un même utérus
      • Grossesse quadruple : Développement simultané de quatre fœtus dans un même utérus
      • Grossesse quintuple : Développement simultané de cinq fœtus dans un même utérus
      • Grossesse sextuple : Développement simultané de six fœtus dans un même utérus
      • Grossesse septuple : Développement simultané de sept fœtus dans un même utérus
      • Grossesse octuple : Développement simultané de huit fœtus dans un même utérus
      • Grossesse nonuple : Développement simultané de neuf fœtus dans un même utérus

  • Classification selon le nombre de zygotes (œufs fécondés) :
    • Grossesse gémellaire dizygote ou les faux jumeaux :
      • C'est une grossesse issue de la fécondation de deux ovules (œufs) ;
      • Les faux jumeaux sont génétiquement différents, donc ils sont semblables à des frères et sœurs nés à différentes époques ; Ils peuvent être du même sexe ou de sexe différents.
      • La grossesse est toujours di-amniotique dichoriale (ou bi-amniotique bichoriale Illustration (schéma), Image échographique à 5 - 6 SA, Image échographique à 9 SA, Image échographique à 7,5 SA (signe de lambda))
      • Il existe deux cavités amniotiques et chaque fœtus se développe dans une cavité amniotique propre à lui ;
      • On trouve deux placentas séparés mais on peut voir dans certains cas une seule masse placentaire par la fusion des deux placentas, même dans ce cas là, il y a toujours deux amnios et deux chorions Image échographique à 7,5 SA (signe de lambda), Image échographique à 28 SA (signe de twin peak); Composition de la cloison inter-ovulairedonc il n'existe pas de circulation sanguine commune par des anastomoses vasculaires
      • La membrane qui sépare les deux cavités amniotiques (cloison inter-ovulaire) est composée de quatre couches : deux amnios et deux chorions.
      • La procréation médicalement assistée (PMA) est parfois responsable de l'augmentation de ce type de grossesse.
      • Cas particuliers :
        • Grossesse hétérotopique ou ou ditopique , , Grossesse triple, hétérotopique - gémellaire intra-utérine et mono-embryonnaire extra-utérine tubaire droiteet la grossesse extra-utérine :
        • La superfétation :
          • C'est l'implantation d'une nouvelle grossesse dans un utérus qui contient déjà une grossesse en développement. Ce type de grossesse est déjà connue chez certains mammifères.
        • La superfécondation :
          • C'est la fécondation de deux ovules à peu près en même temps par des spermatozoïdes provenant de deux mâles différents. Dans ce cas la les faux jumeaux ont deux pères différents.

    • Grossesse gémellaire monozygote ou les vrais jumeaux :
      • C'est une grossesse issue de la division d'un œuf fécondé unique.
      • Les jumeaux sont génétiquement identiques, donc il sont les caractères apparents et latents, le même sexe, même groupe sanguin, même couleur des yeux...
      • Selon la duré qui sépare la fécondation de la division de l'œuf fécondé on peut distinguer plusieurs types de la placentation (le nombre des cavités amniotiques et la le nombre de chorions) :
        • Grossesse gémellaire monozygote di-amniotique dichoriale , , :
          • La division de l'œuf unique fécondé survient rapidement, dans un délai inférieur ou égale à deux jours par rapport à la fécondation ou la grossesse est encore au stade de 2 à 4 blastomères.
          • Chaque jumeau se développe dans une cavité amniotique propre à lui, la membrane qui les sépare est composée de quatre couches :
          • Le deux placentas peuvent être distincts, séparés, mais ils peuvent fusionner ensemble pour former une seule masse placentaire.
          • Elle représente 30 % des grossesses gémellaires monozygotes.
        • Grossesse gémellaire monozygote di-amniotique monochoriale Illustration (schéma), Image échographique d'une grossesse monozygote, monochoriale bi-amniotique à 10,5 SA, Image échographique d'une grossesse monozygote, monochoriale bi-amniotique à 31 SA :
        • Grossesse gémellaire monozygote mono-amniotique monochoriale :
          • La division de l'embryon survient dans un délai de supérieur à (7) jours et inférieur à (14) jours par rapport à la fécondation (au stade de développement embryonnaire où la cavité amniotique est déjà formée avec embryon à deux feuillets).
          • Les deux jumeaux se développent ensemble dans une cavité amniotique unique.
          • Donc il existe une seule masse placentaire, un seul amnios et un seul chorion.
          • Si la séparation survient avant le 12ème jours de la fécondation il se forme deux vésicules ombilicales et deux cordons
          • Si la séparation est survenue au 12ème ou 13ème jour par rapport à la fécondation, il se forme une seule vésicule ombilicale et un seul cordon bifurqué vers les deux jumeaux séparés.
          • Elle représente 1 à 2 % des grossesses gémellaires monozygotes.

        • Grossesse gémellaire monozygote mono-amniotique monochoriale avec monstre double (jumeaux conjoints ou siamois) :
          • Deux théories expliquent la fusion des jumeaux conjoints :
            • La division (scission) incomplète de la masse embryonnaire qui survient tardivement, dans un délai égale ou supérieur à (14) jours par rapport à la fécondation.
            • La théorie la plus récente voit la survenue des jumeaux conjoints par la fusion secondaire et partielle de deux disques embryonnaires monozygotes déjà séparés. Dans cette théories il existe deux éventualités :
              • la fusion des disques embryonnaire se fait à la surface sphérique de la vésicule vitelline (théorie extra-sphérique).
              • la fusion se fait à l'intérieur de la cavité amniotique (théorie endosphérique).
            • Selon cette théorie, les deux disques embryonnaires peuvent fusionner en différents points et sous angles variés, et le résultat, une grande variété de types de fusion entre les jumeaux conjoints.

          • Ces grossesses sont caractérisées par la présence d'un seul placenta, un seul chorion, un seul amnios donc une seule cavité amniotique
          • A propos du cordon, on peut distinguer deux types de jumeaux conjoints :
            • jumeaux conjoints eusomphaliens : chaque co-jumeau possède son propre cordon ;
            • jumeaux conjoints monomphaliens : un seul cordon alimentant les deux jumeaux fusionnés
          • Elle représente 1 cas pour 30 000 à 100 000 naissances.

          • Classification des jumeaux conjoints :
            • Jumeaux conjoints symétriques :
              Selon la zone d'union des jumeaux on peut distinguer :
              • Point d'union ventral (les crucipages) :
                • Les omphalopages (O) :
                  • Les fœtus sont joints par la région abdominale, face à face.
                • Les throracopages (T) :
                  • 70 % des jumeaux conjoints ;
                  • Les fœtus sont joints par la région thoracique, face à face.
                  • Dans les cas où de la fusion ventrale est étendue, on peut rencontrer des jumeaux conjoints omphalo-thoracopages (troncopages ).
                • Les céphalopages (ou céphalothoracopages) (Ce) :
                  • Les fœtus sont joints par la région céphalique et thoracique, face à face, donc deux têtes fusionnées en une seule, une seul face en avant et deux rachis latéraux.
                • Fusion ventrale-caudale :
                  • Les ischiopages (I) :
                    • 6 % des jumeaux conjoints ;
                    • Les fœtus sont joints par la région pelvienne (les hanches), les corps fusionnés dans le même axe, les têtes en sens opposé.

              • Les parapages caudaux dicéphales (Pa-Dic) :
                • Les fœtus sont joints latéralement au niveau du tronc, il en résutlte : un tronc unique, avec deux rachis, l'un à côté de l'autre, deux membres supérieurs (ou trois ou quatre) et deux membres inférieurs (ou trois ou quatre), un seul cordon ombilical et enfin deux têtes.
                • Les diprosopes (Dip) :
                  • Tête à deux visages, un seul tronc et quatre membres (2 supérieurs et 2 inférieurs).
              • Point d'union dorsal :
                • Les craniopages (Cr) :
                  • 2  % des jumeaux conjoints ;
                  • Les fœtus sont joints par les têtes (les sommets des crânes).
                • Les rachipages (R) :
                  • Les fœtus sont joints par les région rachidiennes (dos à dos).
                • Les pygopages (Py) :
                  • 18 % des jumeaux conjoints ;
                  • Les fœtus sont joints par la région sacrée (les fesses), dos à dos.

            • Jumeaux conjoints asymétriques :
              Ou les jumeaux parasites (endoparasites ou exoparasites) :
              • Les fœtus parasites ou fœtus in fœtu (endoparasite) :
                • C'est l'inclusion d'un fœtus (fœtus parasite) à l'intérieur d'un autre fœtus (autosite ou fœtus hôte).
                • Parfois il s'agit de plusieurs fœtus parasites
                • Ce type d'anomalie se présente comme une masse :
                  • le plus souvent intra-abdominale, rétropéritonéale vascularisée par l'aorte du fœtus hôte ; mais la localisation peut être aussi pelvienne, intracranienne, caudale...
                  • c'est une masse liquidienne contenant le fœtus parasite que l'on peut parfois reconnaître certains de ces organes
                  • elle peut être mise en évidence chez le fœtus hôte par échographie, mais la découverte est parfois plus tardive, à la naissance ou beaucoup plus tard dans la vie ou lors d'une autopsie.
              • Les jumeaux parasites exoparasites :
                • De temps en temps, il s'agit des segments d'un fœtus parasite incomplet qui fusionnent sur le fœtus hôte de l'extérieur.

        • Les fœtus acardiaques (acardia) Jumeau acardia - Grossesse monochoriale, biamniotique à 15,5 SA:
          • Observés dans 1/30 000 à 35 000 grossesse
          • Une atrophie du cœur secondaire à une perfusion passive ; une conséquence de la présence d'anastmoses profondes massives apportant du sang hypoxique à basse pression et perfusant mieux les segments inférieurs du jumeau acardiaque 

    • La grossesse multiple et l'œuf clair :
      • Le nom d'œuf clair est donné au sac gestationnel sans formation embryonnaire . Normalement à partir du moment où on a un sac gestationnel de plus de 20 mm de diamètre dans son grand axe, on doit visualiser l'embryon ; mais en cas d'œuf clair, le sac peut parfois dépasser largement cette limite sans pouvoir mettre en évidence la présence de l'embryon.
      • L'oeuf clair peut se voir aussi dans les grossesses multiples où un des sacs gestationnels est sans embryon, mais il est possible aussi que l'ensemble des sacs gestationnels soient sans embryons (œuf clair multiple Grossesse gémellaire avec deux oeufs clairs, Grossesse triple avec trois oeufs clairs).

  • Fichier en rapports avec la grossesse gémellaire :
  • Jumeaux -traditions chez certaines ethnies d'Afrique occidentale

  • Dessins de jumeaux

Auteur : Dr Aly Abbara
Dernière mise à jour : le 23 Octobre, 2016

    • Références
      • WOODWARD. KENNEDY. SOHAEY. Oh. Byrne. Puchalski. -EXPERTddx Obstetrics - AMIRSYS 2009. 8:20-23.
      • BENACERRAF Beryl - Ultrasound of Fetal syndromes - second edition - CHURCHILL LIVINGSTONE ELSEVIER - 2008. p:575;576..
      • F. Encha-Razavi. - Pathologie foetale et placentaire - (Ouvrage collectif de la Société Française de Foetopathologie). Sauramps médical, 2008. p:174.
      • Lami Yeo, MD and Anthony M. Vintzileos, MD - Ultrasonography in obstetrics and Gynecology - CALLEN - 5e edition ; SAUNDERS ELSEVIER - 2008. .p;279:280
      • WOODWARD, Kennedy, Sohaey. - Diagnostic Imaging Obstetrics - AMIRSYS 2005. 13;26-29
      • Edwin QUARELLO, Yves VILLE. " Imagerie des grossesses gémellaires ". SAURAMPS médical 2005.
      • G.BOOG, - Echographie des malformations foetales - VIGOT - 1990 - p:380;381.
      • E Papiernik - Berkhauer, J.C Pons Les grossesses multiples :
        • Placentation des grossesses multiples (Cathérine Nessmann). Doin Editeur Paris -1991 ; Page 55-59
        • Syndrome transfuseur-transfusé, siamois, foetus in foetu (Marie-Claude Imbert, Marie Gonzales). Page 67-75 KEITH L. MOORE. L'être humain en développement. Editeur : Vigot frères - Paris 1974. Page 102-108
      • J.-M. Thoulon, F. Puech, G. Boog. " Obstétrique ". Edition Ellipses 1995. Page 334.

 

 
   

Liste des termes

Accueil du livre
 
 

 
www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com


  Paris / France