Professeur Farabeuf

Détail d'une statue exposée dans la cour intérieure de la Faculté de Médecine de Paris VI, près
de l'entrée de l'Amphithéâtre FARABEUF.
15, rue de l'École de médecine 75006. 15, rue de l'École de médecine 75006. Paris.
Photo prise et retouchée par Dr Aly Abbara.


  • LOUIS, HUBERT FARABEUF (1841-1910) :
    • Fils de paysans de la Brie (département de Seine-et-Marne à l'Est de Paris ), élève du Pr Velpeau.
    • Il exerça à L'Hôpital Saint-Antoine durant le siège de Paris en 1871 ce qui lui donna l'occasion d'opérer un nombre important de blessés de guerre.
    • Au début de 1876, Farabeuf fut nommé agrégé d'anatomie-histologie-physiologie.
    • En 1878, il a été nommé chef des travaux anatomiques.
    • Farabeuf, comme étant un enseignant d'Anatomie, il exposa dans le Progrès Médical l'état lamentable de l'enseignement pratique à Paris et proposa ses solutions ; ce qui permit d'obtenir des autorités l'accord pour la construction d'une nouvelle école pratique provisoire qui servira de modèle pour les pavillons d'anatomie au 15 rue de l'Ecole-de-Médecine et qui seront fonctionnels en 1886.
    • Puis, comme étant chef de travaux anatomiques, et chirugien, il fut un enseignant de génie, un réformateur de l'Anatomie opératoir ; il contribua à la rénovation de l'enseignement pratique de l'Anatomie, de la Chirurgie et de l'instrumentation chirurgicale ; en effet, le Professeur Farabeuf fut l'inventeur de multiples instruments très utiles pour la pratique de la Chirurgie en général, et la chirurgie Orthpédique en particulier ; ses instruments et ses techniques chirurgicales permirent de maîtriser la chirurgie des membres et la ligature des vaisseaux.

      D'après les Historiens Il, le Professeur Farabeuf a le mérite de contribuer à la formation de trente générations de médecins et plus de quarante chirurgiens célèbres du début du vingtième siècle.
    • En 1888, la chaire d'anatomie consacre en lui le " maître merveilleux"

    • Dans les dernières années de sa vie, il se retira dans sa Brie natale.

    • Ce que le Professeur Farabeuf a laissé pour l'Histoire :
      • Parmi ces publications :
        • Sa thèse de Médecine (1871) qui porte le titre de -" De la confection des moignons et de quelques moignons en particulier (poignet, coude, jambe "
        • Farabeuf, Louis Hubert (1872, sciences physiques)
        • Luxationdu pouce en arrière (1876) : "Dans les luxations du pouce en arrière, la phalange n'est rien, les os sésamoïdes sont tout": un remarquable travail sur la luxation du pouce en arrière présenté le 12 janvier 1876 à la Société de Chirurgie.
        • Farabeuf, Louis Hubert (1876, anatomie et physiologie)
        • FARABEUF (Louis-Hubert). HISTOLOGIE
          Cours d´histologie, professé à la faculté de Médecine de Paris, notes et dessins autographiés avec table manuscrite.

          Libraire Frédéric Henry ; Paris, 1877.
        • Précis de manuel opératoire. Ligature-amputations. P , MASSON, 1881, P., Masson ; avec 687 figures dans le texte.
        • FARABEUF (L.H.) & VARNIER (H.) : Introduction à l'étude clinique et à la pratique des accouchements. Anatomie. Présentations et positions. Mécanisme. Toucher. Manoeuvres. Extraction du siège. Version. Forceps. Paris - Préface du Professeur A. PINARD en janvier 1891 - Paris - Georges Steinheil, Editeu. Il s'agit d'un ouvrage contenant 362 figures démonstratives de L.-H. FARABEUF que je considère comme étant les meilleurs dessins connus dans le domaine de l'enseignement de l'Obstétrique ; par ailleurs, Farabeuf fut connu comme un dessinateur d'une grande habilité.
        • Farabeuf LH, 1894, Sur l’anatomie et la physiologie des articulations sacro-iliaques avant et après la
          symphyséotomie
          , Ann Gynec Obstet, 41: p.407-420
        • Le système séreux (1876)
        • Réformes de l'Enseignement pratique de l'Anatomie, 1897.
        • La description des extenseurs sur le dorsum de la main.
        • ...

      • En Obstétrique :
        • Farabeuf fut aussi un Obstétricien célèbre, et l'auteur d'un merveilleux ouvrage sur la pratique de l'accouchement normal et dystocique " Introduction à l'étude clinique et à la pratique des accouchements " publié en 1891 ; puis il fut aussi, en 1894, l'inventeur du mensurateur levier-préhenseur obstétrical et de la gouttière protectrice pour symphysiéotomie.
        • Les vaisseaux sanguins des organes génito-urinaires (1905).
        • Le signe de Farabeuf : il s'agit d'un signe permettant le diagnostic clinique de l'engagement de la tête foetale dans le l'excavation pelvien au cours d'un accouchement par la présenation du sommet : au toucher, lorsque la présentation est engagée, les deux doigts introduits sous la symphyse et dirigés vers la deuxième pièce sacrée
          sont arrêtés par la présentation. Ils ne peuvent trouver place entre la présentation et la concavité sacrée.

      • En Anatomie et en chirugie :
          • Écarteur de Farabeuf : instrument très familier aux chirurgiens, car jusqu'à nos jours, on ne peut pas concevoir une boîte de chirurgie sans cet écarteur, surtout quand il s'agit d'une chirurgie avec une voie d'abord transcutanée.
            C'est un écarteur à fonction statique, en acier austénitique, servant à écarter la peau, la graisse et les muscles après incision ; il est formé d'un manche se terminant par double valves légèrement courbées. Il est habituellemenr
            large de 18 mm et long de 12 ou 15 cm, mais il existe d'autres variantes plus courtes et moins larges pour s'adapter à tous types de chirurgie superficielle.

          • Le davier à double articulation de Farabeuf ; instrument de fer ou d'acier en forme de tenaille à dents utilisé par les chirurgiens orthopédistes pour saisir et pour arracher les os, plus précisément, pour la manipulation des os et des fragments osseux, le maintien d'une réduction et l'aide à la réduction et enfin le maintien d'une plaque.
          • La rugine droite et la rugine courbe de Farabeuf ; instrument de chirurgie qui sert à racler les os ; en effet elle sert, en orthopédie à détacher le périoste pour exposer l'os ou détacher un muscle.
          • La rugine délicate, étroite, droite et courbe de Farabeuf ; pour la Chirurgie maxillo-faciale
          • La rugine-curette trouée de Frarabeuf ;
          • Rugine pour côtes d'Alexandre-Farabeuf ;
          • Le bistouri d'amputation sous astragalienne de Farabeuf ;
          • La pince à suture intestinale de Farabeuf ;
          • La sonde cannelée à double courbure de Farabeuf ;
          • La scie d'amputation et de résection de Farabeuf ;
          • La gouttière protectrice pour symphysiéotomie de Farabeuf ; il s'agit d'une technique obstétricale, utilisée autrefois pour séparer les deux os pubiens et sectionnant la symphyse pubienne, ce qui permet d'élargir le bassin osseux et résoudre les problèmes des dystocies obstétricales mécaniques.
          • Le mensurateur levier-préhenseur obstétrical que Farabeuf inventa en 1894 ; un instrument obstétrical qui sert à l'extraction du foetus de petit bassin en saisissant sa tète entre deux cuillers, très comparables à celles d'un forceps obstétrical et il agit bien plus comme un forceps que comme un levier obstétrical.
          • Seringue engainé de Farabeuf pour injection chaude, contenance 60 gr.
          • ...
        • Les éléments anatomiques et chirurgicaux qui sont associés au Professeur Farabeuf :
          • Le tronc veineux de Farabeuf : une des branche de la veine jugulaire interne.
          • Le tronc artériel de Farabeuf : c'est le tronc thyro-cervical (thyro-bicervico-scapulaire - truncus thyro cervicalis), une artère collatérale de l'artère sous-clavière droite (a. subclavia dextra).
          • Le heurtoir de Farabeuf : c'est une légère excroissance qui se trouve au niveau de face inférieure de la calavicule dans sa partie médial, elle forme le prolongement postérieur de la surface articulaire qui s'articule avec le sternum.
          • Le muscle deltoïde fessier de Farabeuf ;
          • Les lames sacro-recto-génito-pubiennes de Farabeuf : ce sont des formations cellulo-fibreuses sagittales qui divisent le petit bassin en trois régions distinctes, une région centrale, ou la loge viscérale qui contient la vessie, l’utérus et les annexes, le rectum, et de façon inconstante l’intestin et l’appendice ;
            puis les régions latérales comprenant un riche réseau artériel, lymphatique et surtout veineux.
          • L'angle de Farabeuf : lors de l'amputation de la jambe, la résection de la face antéro-inférieure du tibia doit être réalisée en sectionnant le diaphyse transversale avec un angle de 35° (angle de Farabeuf), ce qui est indispensable afin d’éviter un conflit ostéocutané.
          • Le canal de Guyon-Farabeuf : il s'agit d'un canal traversé par le nerf ulnaire après son passage dans le canal carpien du poignet de la main.
          • La technique de Farabeuf pour réduire la luxation dorsale des doigts longs de la main (la Luxation de Farabeuf) : (par d’une hyperextension forcée, avec une désinsertion de la plaque palmaire au niveau du métacarpien) ; cette technique de réduction est réalisable par une manoeuvre externe, elle consiste à mettre le poignet en flexion
            pour détendre l’appareil fléchisseur, la réduction doit s’effectuer la manoeuvre de Farabeuf, c'est-à-dire, en maintenant la base de la phalange fortement appliquée sur la tête du métacarpien tout au long de son parcours de réduction pour éviter de transformer la luxation initialement réductible en une luxation irréductible par l’incarcération la plaque palmaire.
          • ...


Auteur : Dr Aly Abbara.
Mise à jour le 30 Décembre, 2009
Histoire de la Médecine
www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com
Paris / France