Le soutènement sous-urétral dans l'incontinence urinaire d'effort par bandelette, chez la femme
Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : 31 Décembre, 2013


 
    TVT (Tension-free Vaginal Tape)
    TOT (Trans-Obturator Tape)

    • Définitions :
      Incontinence urinaire :
      perte involontaire d'urine à travers l'urètre anatomiquement sain, résultant d'un trouble de l'équilibre des forces de retenue des urines et les forces d'expulsion des urines ; dans la miction normale cette perte de l'équilibre est volontaire et à l'inverse, dans l'incontinence urinaire la perte de l'équilibre qui entraîne la fuite urinaire involontaire.
      Incontinence urinaire d'effort : c'est une fuite urinaire en jet, le plus souvent abondante, rigoureusement synchrone à l'effort et jamais en dehors ; non précédée de sensations de besoin, elle ne se produit jamais au repos et jamais la nuit.

    • Fréquence :
      17 % à 52 % des jeunes femmes, nulligestes ont une incontinence urinaire d'effort, il s'agit le plus souvent des fuites urinaires minimes.
      30 % à 50 % des femmes enceintes ont une incontinence urinaire qui régresse chez 60 % à 80 % parmi elles après l'accouchement.
      10 % à 40 % des femmes durant l'exercice d'une activité physique ou sportive.
      Une nette augmentation avec la progression dans l'âge.

    • Mode d'action de la bandelette de soutènement urétral dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort :
      Une fois la bandelette est mise en place sous la partie moyenne de l'urètre, sans tension, elle va former un hamac sous l'urètre, le supportant pendant l'effort affin d’éviter qu'il s'ouvre et par conséquence elle va empêcher toute fuite d'urine. (voir mode d'action ).

    • Traitement de l'incontinence urinaire d'effort chez la femme par bandelette de soutènement sous-urétral :
      Parmi les traitements chirurgicaux proposés actuellement il existe le traitement par le soutènement sous urétral par bandelette ; les premiers résultats montre un taux de guérison de l'ordre de 85 % et 15 % d'amélioration significative.

      Les bandelettes sont
      généralement constituées de fibres (monofilament) de polypropylène (substance inerte, et bien tolérée par l'organisme ce qui diminue le risque de rejet) ; elle sont tricotées et maillées ce qui lui donne une petite élasticité et facilite sa colonisation par les tissus avoisinants..

      Selon la voie chirurgicale utilisée pour poser la bandelette, il existe actuellement plusieurs types de bandelettes :

      • TVT (Tension-free Vaginal Tape = bandelette vaginale à tension libre) posée par voie rétro-pubienne ;
      •  TOT : (Trans-Obturator Tape) posée par voie transobturatrice

        • Selon la technique chirurgicale il existe de types de TOT :
          • TOT avec une pose chirurgicale (dehors - dedans), c'est-à-dire la pose de la bandelette ce fait à partir de la peau, au niveau de la partie interne et inférieure du trou obturateur, ensuite la membrane obturatrice puis elle est récupérée à travers l'incision vaginale (la colpotomie antérieure) après avoir contourné la branche ischio-pubienne.

          • TOT avec une pose chirurgicale (dedans - dehors), c'est-à-dire la pose de la bandelette ce fait à partir de l'incision vaginale (la colpotomie antérieure) pour contourner la face postérieure de la branche ischio-pubienne, puis traverser la membrane obturatrice et enfin elle est récupérée à travers la peau au niveau de la racine de la cuisse.

      • TVT sécurisé en hamac : Il s'agit d'une bandelette que l'on pose sous la partie moyenne de l'urètre, par voie exclusivement vaginale.
        Pour la maintenir en place, le chirurgien amarre ses deux extrémités dans les muscles obturateurs internes (droit et gauche) au niveau de leur insertion sur les branches ischio-pubiennes, sans traverser la membrane des trous obturateurs (à l’inverse de la TOT).
        Elle est sécurisée car, dans le respect de la technique, elle n'est en contact avec aucun élément anatomique vasculaire, nerveux ou viscéral.

      • TVT sécurisé en U : Il s'agit d'une bandelette que l'on pose sous la partie moyenne de l'urètre, par voie exclusivement vaginale.
        Pour la maintenir en place, le chirurgien place ses deux extrémités dans la région rétro-pubienne mais sans traverser la paroi abdominale (comme c'est le cas en cas de pose de TVT classique).

    • L' intervention avec le TVT ou TOT est rapide, requiert une courte hospitalisation et une courte période d'interruption de travail.

    • A propos de TVT : Le mode de déroulement de l'intervention : (voir technique )
      L'intervention est généralement réalisée sous anesthésie locale combinée avec l'administration d'antalgiques et d'un tranquillisant, mais l'anesthésie loco-régionale (anesthésie péridurale) peut être utilisée aussi. L'anesthésie locale est appliquée sur une petite zone proche de l'os pubien, plus bas derrière celui-ci et sous l'urètre , dans le vagin. L'anesthésique agit tout au long de l'intervention, vous épargnant toute sensation de douleur. Le tranquillisant vous permettra de rester calme et décontractée durant l'intervention.

      L'intervention chirurgicale se déroule comme suit. Deux petites incisions sont pratiquées dans la peau de l'abdomen et une incision est pratiquée dans le vagin, juste en dessous de l'urètre. Un passage est préparé de chaque côté de l'urètre avant de placer une bandelette en dessous de celui-ci au moyen d'un instrument spécial. La bandelette restera complètement sans tension sous l'urètre, d'où le nom de TVT, pour Tension-free Vaginal Tape ( soutènement sous urétral par bandelette).

      La bandelette restera telle un hamac sousl'urètre, le supportant pendant l'effort afin d'empêcher toute fuite d'urine. Le succès de l'opération, c'est-à-dire, la possibilité de vous rendre continente, est vérifié au cours de l'opération en vous demandant de tousser. Après contrôle de la continence, les plaies sont suturées. L'ensemble de l'opération ne prend que 30 minutes environ. Généralement, aucun sondage vésical postopératoire n'est pas nécessaire.

    • A propos de TOT : Le mode de déroulement de l'intervention : (voir technique )
      L'intervention est réalisée généralement sous anesthésie loco-régionale (anesthésie péridurale ou rachi-anesthésie) ou sous anesthésie générale car dans cette intervention, il n'est pas nécessaire que la patiente soit consciente.

      Le chirurgien réalise une incision vaginale sous-urétrale de 2 cm, suivie d'une dissection latérale jusqu'aux faces internes des branches ischio-pubiennes puis une petite incision cutanée 2 - 3 mm sur la face interne de chaque cuisse, au niveau des bords externe de la branche ischio-pubienne (en regard de la zone inféro-interne du trou obturateur) ; à travers cette incision le chirurgien introduit un instrument spéciale (tunnélisateur) qui traverse le trou obturateur puis il contourne la branche ischio-pubienne et sort dans le vagin à travers l'incision vaginale qui a été réalisée au début de l'intervention ; la bandelette est fixée sur le tunnélisateur, ensuite la mobilisation par le chirurgien de cet instrument dans le sens inverse, va permettre sa pose par voie trans-obturatrice ; en réalisant les mêmes gestes du côté opposé on obtient la pose de la bandelette et sans aucune tension sous la partie moyenne de l'urètre. L'incision vaginale est suturée ; l'excédant de la bandelette au niveau de la peau est sectionné et enfin la peau est fermée par un seul point simple.

    • A propos de TVT et TOT :
      Des antibiotiques postopératoires sont donnés selon les principes locaux en vigueur. Après une dernière vérification, si aucune complication ne se présente, vous pourrez quitter l'hôpital (le jour même) ou le lendemain de l'intervention.
      L'acte opératoire est à ne pas faire en cas d'infection urinaire ou vaginale encours ; Ce type de traitement est contre indiquée durant la grossesse.

    • Lorsque vous arrivez à votre domicile
      Normalement, vous aurez un arrêt de travail pendant deux semaines, cela varie en fonction du type de travail que vous exercez. Pendant cette période où vous ne travaillerez pas, il vous faut éviter de porter des charges lourdes, de préférence ne dépassant pas 2 ou 3 kilos. Il est important de ne pas lever de charges qui puissent provoquer une tension de la paroi abdominale, dans la mesure où cela pourrait provoquer un retour temporaire de problèmes de fuite urinaire ; et de ne pas faire d'exercice physique (vélo, jogging...) pendant à peu près quatre semaines.
    • Évitais les bains et les relations sexuelles pendant les quatre semaines qui suivent l'intervention chirurgicale de manière à ce que les incisions du vagin aient le temps de cicatriser complètement. Vous pourrez reprendre les activités normales au terme de huit semaines.
    • Après quelques semaines, les points de suture peuvent sortir du vagin en petites particules. Pendant cette période, des pertes vaginales mineures peuvent se produire, ce qui est entièrement normal.
      Une visite de contrôle aura lieu quatre semaines après l'intervention.
      E
      n cas de dysurie (difficulté à uriner) ou de saignements, la patiente doit informer son chirurgien immédiatement.



      Liste des termes

      Accueil du livre

      www.aly-abbara.com
      www.avicenne.info
      www.mille-et-une-nuits.com

        Paris / France