Les accidents par exposition à un liquide biologique :
  • Lex accidents par exposition à un liquide biologique : [20]
    • C'est le contact d'un soignant à un liquide biologique par voie parentérale, cutanée ou muqueuse.
    • Ces accidents entraînent le risque de contamination d'un soignant par l'introduction de micro-organismes pathogènes portés par un patient.
    • Les trois principaux micro-organismes qui peuvent être transmis d'un patient à un soignant sont :
        • Le virus de l'hépatite B : le risque de transmission et la séroconversion est de l'ordre de 10 à 30 %.
        • Le virus de l'hépatite C : le risque de transmission et la séroconversion est de l'ordre de 3 à 7 %.
        • Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) : le risque de transmission et la séroconversion est de l'ordre de 0,37 à 1 %.
    • Le risque d'accident par exposition aux liquides biologiques est plus important au bloc opératoire qu'en service d'hospitalisation.
    • Le risque de séroconversion dépend de la quantité de virus introduit dans l'organisme :
      • Par piqûre :
        • La piqûre profonde avec une aiguille creuse contenant le sang d'un patient en épisode de virémie intense correspondant au risque le plus important.
        • Les accidents par aiguille de suture pleine traversant la couche de latex d'une ou deux paires de gants constituent un risque moindre.
      • La projection d'un liquide biologique dans les muqueuses (essentiellement les yeux) correspond à un risque certain, difficilementévaluable mais réel.
      • Le contact d'un liquide biologique au niveau d'une peau saine ne semble pas entraîner de contamination.
        • En cas de peau altérée, la séroconversion est possible.
  • Séroconversion professionnelle
      • une séroconversion VIH, VHC ou VHB entre 4 semaines et 6 mois après l’exposition :
        • VIH : apparition des Ac anti-VIH,
        • VHC : apparition des Ac anti-VHC,
        • VHB : apparition de l’Ag HBs ou des Ac anti-HBc.
      • En l’absence d’une sérologie de base négative réalisée au moment de l’exposition, un profil d’infection récente2 dans
        les suites d’une exposition accidentelle permettra aussi de définir une séroconversion professionnelle.
  • Infections présumées
Risque de transmission virale (VHB, VHC, HIV) du patient au soignant
selon le type de l'accident et la nature du liquide biologique
Virus
Risque de transmission du patient au soignant selon le type d'accident
Risque selon le type de liquide biologique
Exposition percutanée
Contact muqueuse
ou peau lésée
Prouvé
Possible
Nul
VHB
(Virus de l'hépatite B)
2 - 40 %
Non quantifié
probablement élevé par rapport au VHC et VIH
Sang
Liquides biologiques contenant du sang
Sperme
Sécrétions vaginales
Salive
Urines
Selles
VHC
(Virus de l'hépatite C)
2,1 %
Non quantifié
transmission par cette voie non documentée mais possible
Sang
Liquides biologiques contenant du sang
Sperme
Sécrétions vaginales
Salive
Urines
Selles
VIH
(Virus de l'immuno-dépression humain)
0,35 %
0,04 %
Sang
Liquides biologiques contenant du sang
Sperme
Sécrétions vaginales
Liquide céphalo-rachidien
Liquide pleural
Liquide amniotique
Urines
Selles
Salive
Référence :
Germain DECROIX (la protection des soignants contre les contaminations professionnelles). Revue "Responsabilité", numéro hors série, avril 2003 : page 7.
d'après ce document : prise en charge des personnes atteintes par le VIH. Rapport 1996. Paris. Médecine scientifique Flammarion. 1996 : 118-131


Liste des termes
Lexique de l'hygiène médicale

Accueil du livre

www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com

  Paris / France