Acide peracétique : APA

  • Il est connu depuis 1902, avec une large utilisation en industrie agroalimentaire, du textile et du papier
  • Il est utilisé dans le domaine médical comme désinfectant des dispositifs médicaux du groupe IIA, avec sa propriété de ne pas fixer les protéines, le rend particulièrement intéressant dans la gestion du risque de « Prion »

  • Structure chimique de l'acide peracétique :
    • Sa formule chimique est CH3-C(=O)-O-OH c'est à-dire (C2H4O3) ou (CH3-COOOH)
    • il peut être obtenu par le mélange de l'acide acétique avec le peroxyde d'hydrogène selon la formule suivante :
      • Acide acétique + peroxyde d'hydrogène <==> acide peracétique + eau
      • CH3-(COOH) + H2O2 <===> CH3-(COOOH) + H2O
    • La concentration est déterminée par le taux des deux composés chimiques. La réaction, en équilibre réversible, oblige à l’addition de stabilisants.

  • Décomposition
    • La vapeur de l'acide peracétique est caractérisée par sa faible stabilité des vapeur avec une 1/2 vie environ 20 minutes, donc peu de risque de bioaccumulation
    • Plusieurs formes de décomposition sont possible :
      • décomposition spontanée en acide acétique et oxygène
      • décomposition par hydrolyse (avec H2O) en acide acétique et le peroxyde d'hydrogène.
      • décomposition par réaction catalysée par les ions métalliques (Fer, Cuivre, Manganèse; Chrome...) en acide acétique et oxyde minéral. Cette forme de décomposition rendre l'acide peracétique instable en présence de ces métaux et lui procure un effet corrosif sur ces mêmes métaux en dehors du laiton, titane.
    • Il attaque de certains plastiques
    • Il est compatible avec les matériaux (acier inox brossé et brillant, viton, téflon, PVC, polypropylène, polyéthylène de haute densité, polyméthylpentène, polyméthyl méthacrylate, silicone).
    • Il peut être stocker dans le polyéthylène, polypropylène, acier inoxydable

  • Toxicité et précautions
    • L'acide peracétique est moins toxique et moins dangereux que d'autre désinfectants mais il n'est pas dénué de risque selon la concentration :
      • pour des solution > 15%, il dégage des vapeurs inflammables avec le risque d'incendie et explosion
        • Les risques d'explosion et d'incendie imposent des conditions particulières de stockage pour les fortes concentrations (chambre froide antidéflagrante, récipients munis de bouchon à évent et résistants aux flammes.
      • Sa toxicité sur la peau : c'est l'effet
        • corrosif à des concentrations > 10% pendant 3 minutes, ou à des concentrations entre 3 à 5% (4 à 24 heures)
        • Irritant à des concentration de 0,04 à 0,4 %. Pas d'effet irritant cutané à des concentration < 0,04% = non irritant
      • Toxicité oculaire se manifeste par un effet légèrement irritant pour une concentration de 0,04 % ; fortement irritant à 0,4 % et sévèrement irritant à une concentration de 4 %
      • Pneumopathie par inhalation : liée à la durée et à l'intensité de l'exposition
      • Modification hépatique

  • Protection :
    • Vêtement de protection (surblouse)
    • Masque de type P2 (si aérosols), gants lunettes de protection
    • oculaire, des gants non stériles à manchettes extralongues en nitrile de préférence., lunette de protection ou écran. Le ministère du Travail recommande une valeur limite d’exposition (VLE) pour l’acide peracétique de 10 ppm (0,001%) soit 25 mg/m3. En se référant à l’article R. 232-5-3 du Code du travail, une ventilation générale du local avec un débit minimal d’air neuf de 45 m3/heure/personne, avec compensation de l’air extrait est recommandée.

  • Activité biocide :
    • L’acide peracétique a un fort pouvoir oxydant. Il agit par :
      • dénaturation des protéines,
      • modification de la perméabilité de la membrane cellulaire et
      • oxydation des ponts sulfydryl et sulfure des protéines, enzymes et autres métabolites cellulaires.
    • L'acide peracétique possède un spectre antimicrobien large recouvrant l’ensemble des groupes microbiens avec un temps d’action court, même à faible concentration. Il est actif en présence de matière organique. Son effet n’est pratiquement pas diminué par la présence de sang.
    • Il est :
      • Bactéricide : +++
        • sur les bactéries Gram + et Gram -
        • à des concentration de 10 à 250 ppm, pendant 5 minutes
        • En 1951, Greenspan et Mackellar trouvent les effets suivants : bactéricide à 0,001% (10 ppm),
      • Mycobactéricide : +++
        • Les mycobactéries sont très sensibles à l’acide peracétique :
          • M avium (à 0,35% ou 3500 ppm) ;
          • M. tuberculosis (à 0,26% ou 2600 ppm, en 10 min).
      • Sporicide : +++
        • En 1951, Greenspan et Mackellar trouvent un effet sporicide à 3% (3000 ppm).
        • Thamlikitkul V. (6) en 2001 montre une action sporicide de l’acide peracétique à 2600 ppm (0,26%) sur Bacillus subtilis en 10 minutes (activité très rapide si l'on se réfère au glutaraldéhyde à 2%, sporicide en plus d’une heure vis à vis des spores les plus fragiles tel le Clostridium sporogenes.
        • La sporicidie est obtenue à faible température.
        • Lensing H.H. and Oei H.L. 1984  compare l'activité sporicide de 3 désinfectants vis-à-vis de spores de Bacillus anthracis en présence de substances interférentes (4 % de sérum de cheval) et à 20°C ; l'activité sporicide est obtenue par l'acide peracétique à une concentration 2500 ppm avec temps de contact de 0,5 heure contre une concentration de 20 000 ppm/2 heures pour Glutaraldéhyde et 40 000 ppm/2 heures pour Formaldéhyde.
      • Fongicide : +++
        • Champignon, à 50 à 500 ppm pendant 5 minutes. Efficacité contre Aspergillus supp et Candida albicans
        • En 1951, Greenspan et Mackellar trouvent un effet fongicide à 0,003% (30 ppm).
      • Virucide : ++
        • Un effet aussi très rapide sur le VIH1 est mis en évidence par Thamliikitkul V. Wutzler P.en 2000 conclut à l’activité de l’acide peracétique sur les virus enveloppés et non enveloppés comme l’adénovirus type 2 et poliovirus type 1. L’action de l’acide peracétique à 2000 ppm (0,2%) entraîne une diminution de 4 log au
        • bout de 5 minutes avec une structure des particules virales complètement détruite en 15 minutes.
        • Sur le virus de VIH1 à un effet effet très rapide à une concentration de (0,26% ou 2600 ppm). Sur les virus enveloppés et non enveloppés en 15 min
        • Sur le virus de l'hépatite B (HBV) : une concentration de (0,065% ou 6500 ppm) altère le virus en 30 min et le détruit en 60 min
      • Prions : -/+
        • Inactivateurs modérés du prions – Groupe II : efficacité partielle
        • l'étude : d'Antolga K. (Prion disease and Medical devices) -ASAIO J. 46, 6 (2000) S69-72 ; montre qu'à 1000 ppm / 12 minutes / 50-56°C, le Steris 20 (désinfectant composé d'acide peracétique pour le traitement des endoscopes) réduit de :
          • 80 % le nombre de particules infectieuses au sein du cerveau,
          • 98,4 % le nombre de particules infectieuses au sein de fragments de cerveau contaminés déposés sur des surfaces tests.
  • Facteurs influençant l'activité
    • L’activité est meilleure à pH acide et fortement réduite en présence de matières organiques.

  • Tableaux comparatifs :
Dr Aly Abbara       
Références :
- Lionel PINEAU. ACIDE PERACETIQUE Formulation, efficacité, stabilité. Biotech-Germande, SFED 2003

- Claude BERNET. "Les produits à base d’acide peracétique pour traiter les dispositifs médicaux : une réponse attendue". En Bref, Bulletin d'information, C.CLIN Sud-Est, n° 22, février 2003.
- M. FALCY – P/EAM. "ACIDE PERACETIQUE, Utilisations – Risques". INRS PARIS
http://anmteph.chez.tiscali.fr/anisept.pdf (Antiseptiques et désinfectants, mai 2000/CCLIN Paris-Nord)

Liste des termes
Lexique de l'hygiène médicale

Accueil du livre

www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com

  Paris / France