Recommandation pour prévenir la survenue des troubles de la circulation
veineuse au niveau des membres inférieurs
« Conseils pour vos jambes »

Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : 1 Avril, 2013

Femme - élégance et souplesse Femme - élégance

 

 
 
  • Conseils pour vos jambes :

    • Évitez une exposition prolongée aux sources de chaleur : soleil, chauffage, four, bains saunas...

    • Évitez les stations debout ou assise prolongées et les piétinements.

    • Surélevez les jambes au repos.

    • Rafraîchissez vos jambes (douches à l'eau tiède du bas vers le haut).

    • Évitez les vêtements trop serrés et les talons hauts.

    • Privilégiez la marche.

    • Pratiquez régulièrement des activités physiques douces.

    • Veillez à votre équilibre alimentaire.

    • La grossesse favorise la survenue des troubles de retour veineux par la compression des veines abdominales, l'augmentation du volume sanguin dans la circulation générale, puis l'hypotonicité veineuse sous l'effet de certaines hormones à des taux importants chez la femme enceinte. Ces troubles de la circulation veineuse prennent des formes variées : des jambes lourdes, des fourmillements et des crampes des jambes, des chevilles enflées, des varices, et une maladie thrombo-embolique (thrombose veineuse superficielle ou profonde et parfois embolie pulmonaire) ; parfois ces troubles veineux se manifestent au niveau de la région génito-anale sous forme de varices vulvaires et des hémorroïdes.

    • L'obésité, la pratique intensive de certains sports (marathon, tennis, canoë kayak...) sont des facteurs favorisant la survenue des troubles de la circulation veineuse des membres inférieurs.

    • Portez lors des longs parcours (en avion, en car, en train et en voiture), des bas médicaux de compression (chaussettes de voyage, bas et collants) activant naturellement le retour du sang veineux vers le cœur, car lors de ces parcours longs, un ensemble de phénomènes altérant la circulation veineuse et comportant la pression, la déshydratation, et la position assise prolongée, se conjuguent et peuvent avoir des conséquences directes sur le retour veineux au niveau des membres inférieurs : mauvais fonctionnement du système veineux à l'origine des jambes lourdes, des fourmillements et des crampes des jambes, des chevilles enflées, des varices, et une maladie thrombo-embolique (thrombose veineuse superficielle ou profonde et parfois embolie pulmonaire).

  • Les bas de contention veineuse sont répartis en classes selon le degré de la contention veineuse obtenue (classification française de la compression médicale "CM")
    En France, selon la pression de compression mesurée au niveau de la cheville, les bas sont historiquement répartis en quatre classes :
    • Classe 1 :
      • Valeur de contention : 13 à 20 hPa (soit 10 à 15 mmHg)
      • Indications :
        • Douleurs modérées
        • Varicosités
    • Classe 2 :
      • Valeur de contention : 20,1 à 27 hPa (soit 15 à 20 mmHg)
      • Indications :
        • Fortes douleurs
        • Varices
        • Traitement au long cours
          • Œdèmes veineux
          • Lymphœdèmes
        • Grossesse ou post-partum
    • Classe 3 :
      • Valeur de contention : (27,1 à 48 hPa = hectoPascal ) (soit 20 à 36 mmHg = millimètres de mercure)
      • Indications :
        • Varices > 3 mm
        • Phase aiguë :
          • Œdèmes veineux
          • Thromboses veineuses profondes
        • Traitement au long cours :
          • Ulcères cicatrisés
          • Troubles trophiques
          • Lymphœdèmes
          • Syndrome post-thrombotique
        • Grossesse ou post-partum en cas d'affection chronique associée.
    • Classe 4 :
      • Valeur de contention : supérieure à 48 hPa (> 36 mmHg)
      • Indications :
        • Ulcères ouverts et cicatrisés
        • Phase aiguë :
          • Troubles trophiques
          • Lymphœdèmes graves

  • Les contre-indications absolues de la copression médicale :
    • Artériopathie oblitérantedes membres inférieurs (AOMI) avec indice de pression systolique (IPS) < 0,6.
    • Micro-angiopathie diabétique évoluée (pour une compression > 30 mmHg).
    • La phlegmatia coerulea dolens (phlébite bleue douloureuse avec copression artérielle)
    • La thrombose septique.
  • Une surveillance médicale régulière du rapport bénéfice/risques doit être effectuée en cas de :
    • d’AOMI avec un IPS > 0,6 et < 0,9 ;
    • de neuropathie périphérique évoluée ;
    • de dermatose suintante ou eczématisée ;
    • d’intolérance aux fibres utilisées.

 

 
  • Insuffisance veineuse des membres inférieurs
    • Classification clinique internationale CEAP (classification Clinique Etiologique Anatomique Physiopathologique (CEAP) {1995})
      • Classes cliniques :
        • Classe 0 (C0) : pas de signe visible ou palpable de la maladie veineuse.
        • Classe 1 (C1) : présence de télangiectasies ou de varices réticulaires (< 3mm),
        • Classe 2 (C2) : veines variqueuses (varices > ou = à 3 mm).
        • Classe 3 (C3) : œdème. veineux
        • Classe 4 (C4) : altérations cutanées et troubles trophiques d'origine veineuse :
          • Classe 4A (C4A) : pigmentation, eczéma veineux
          • Classe 4 B(C4B) : lipodermatosclérose ou hypodermite d’origine veineuse, atrophie blanche
        • Classe 5 (C5) : idem classe 4 (C4A/C4B) avec ulcère cicatrisé.
        • Classe 6 (C6) : idem classe 4 (C4A/C4B) avec ulcère non cicatrisé.

      • La présence ou l'absence de symptômes (douleurs, jambes lourdes, prurit, impatiences, sensation de gonflement, etc .…) permet de compléter la classe clinique par l'addition d'un A pour asymptomatique et d'un S pour symptomatique.
 

 

Shéma d'adaptation posologique de la classe de compression médical (CM) pendant la grossesse et le post-partum en fonction de l'examen clinique angiologie (classification clinique CEAP de l'insuffisance veineuse des membres inférieures)

Référence : Eric LE FLOCH. Rôle de la copression médicale face à l'apparition ou l'aggravation d'une maladie veineuse chronique chez la femme enceinte. Angéiologie, vol. 63, reproduction humaine et hormone, vol. XXIV - numéro spécial. 1 2011.

Classe CEAP

Premier trimestre

Deuxième trimestre

Troisième trimestre

Post-partum

C0a (asymptomatique)
C0s (symptomatique)
Pas de CM
CM 1 à 2
Pas de CM
CM 1 à 2
Pas de CM
CM 1 à 2
Pas de CM
CM 1 à 2
C1a (asymptomatique)
C1s (symptomatique)
Pas de CM
CM 2
CM 1 à 2
CM 2 à 3
CM 2
CM 3
CM 2
CM 3
C2a (asymptomatique)
C2s (symptomatique)
CM 2
CM 2 à 3
CM 2 à 3
CM 3 à 4
CM 3
CM 3 ou 4
CM 3
CM 3 ou 4
C3 CM 3 ou 4 CM 3 ou 4 CM 3 ou 4 CM 3 ou 4
> C4 CM 4 CM 4 CM 4 CM 4
TVS (thrombose veineuse superficielle) CM 3 CM 3 CM 3 CM 3
TVP (thrombose veineuse profonde) CM 3 CM 3 CM 3 CM 3
 

 
Compression médicale et grossesse
Source : HAS : décembre 2010
 

 
Compression médicale veineuses et chirurgie
Source : HAS : décembre 2010
 

 
Compression médicale veineuse et contexte médical
Source : HAS : décembre 2010
 
   
Compression médicale veineuse et les maladies thrombo-emboliques
Source : HAS : décembre 2010
 

 
Compression médicale veineuse et insuffisance veineuse
Source : HAS : décembre 2010
 

 
  • Définition (Source : HAS : décembre 2010) :
    • La thrombose veineuse profonde (TVP) est l’obstruction d’une veine profonde par un caillot fibrino-cruorique. Pour le membre inférieur, on parle de :
      • Thrombose veineuse proximale lorsqu’elle atteint une veine à partir de la veine poplitée.
      • En dessous de la veine poplitée, la thrombose est distale ou surale. Les thromboses veineuses distales représentent environ 50 % des TVP symptomatiques.

      • Les signes cliniques sont souvent insidieux, trompeurs voire absents et le diagnostic de thrombose veineuse est difficile. Dans sa forme classique la thrombose veineuse associe des signes ::
        • généraux (fébricule, tachycardie),
        • fonctionnels (pesanteur, paresthésie, crampes, douleur),
        • physiques (oedème, inflammation locale, dilatation des veines superficielles ou apparition d’une circulation collatérale).

      • Des situations particulières sont distinguées car elles peuvent constituer un élément de gravité supérieur ou relever d’une prise en charge spécifique :
        • les hospitalisations dans un contexte médical ou chirurgical,
        • la grossesse,
        • les voyages aériens.: Aryal et Al-Khaffaf ont mené une revue de la littérature afin de quantifier le risque de survenue d’une embolie pulmonaire ou d’une thrombose veineuse. Il en ressort que l’incidence de l’embolie pulmonaire est très faible mais augmente lorsque la distance parcourue est supérieure à 5 000 km (1,5 embolie par million de passagers) ou que la durée du voyage est supérieure à 8 heures (2,57 embolies par million). Le risque de thrombose veineuse du membre inférieur chez les sujets à risque (estrogènes, antécédents de TVP, traumatisme récent, obésité, …) est de 5 % par vol et de 1,6 % par vol chez les passagers à faible risque.

    • La thrombose veineuse superficielle (TVS) ou phlébite superficielle correspond à une occlusion complète ou partielle d’une veine superficielle par un thrombus.
      • Les données épidémiologiques sont peu nombreuses concernant les thromboses veineuses superficielles (TVS). Elles mettent en évidence que les facteurs de risque sont similaires entre TVS et TVP, et la TVS est un facteur de risque de TVP et d’embolie pulmonaire..

      • Dans les essais randomisés ayant inclus des patients ayant une TVS, l’incidence des événements thromboemboliques (TVP-embolie pulmonaire) sans traitement varie de 0 à 14 %, avec une incidence estimée à 6,2 % ± 1,4 %.

    • Le syndrome post-thrombotique (SPT) ou maladie post-thrombotique regroupe l’ensemble des anomalies cliniques (symptômes et signes) à long terme consécutif à une TVP. Les signes sont consécutifs à une insuffisance veineuse dont les mécanismes qui peuvent se combiner sont :
        • l’obstruction par défaut de recanalisation de la veine thrombosée ;
        • le reflux par altération ou destruction des valvules anti reflux au sein du thrombus.
      • Les manifestations cliniques sont celles des stades C2 à C6 de la CEAP des affections veineuses chroniques.

    • Gravité de la pathologie
      • Les complications de la thrombose veineuse sont :
      • A court terme : son extension et l’embolie pulmonaire (complication la plus grave potentiellement mortelle) :
        • l’embolie pulmonaire est mortelle dans 15 à 25 % des cas.
      • A moyen terme : la récidive et le syndrome post-thrombotique.

    • Lymphoedème (LO) : le lymphoedème est une maladie chronique et évolutive due à un dysfonctionnement du système lymphatique pouvant entraîner une augmentation de volume d’un ou de plusieurs membre(s) et/ou des organes génitaux externes..
      • Sont distingués :
        • les LO secondaires (les plus nombreux) : comprenant tous les LO survenant après une agression sur le système lymphatique (cancers, chirurgie, radiothérapie, curiethérapie, traumatisme, filariose lymphatique). Ce type de LO se caractérise par un obstacle sur le trajet du système lymphatique (aires ganglionnaires, vaisseaux lymphatiques). En fonction de la localisation de l’agression, c’est le membre supérieur ou inférieur qui est touché ;
        • les LO primaires comprenant tous les LO qui ne relèvent pas d’une agression sur le système lymphatique mais d’une anomalie constitutive sans cause connue. Ils sont isolés et sporadiques, rarement d'origine familiale (syndrome de Milroy, syndrome de Meige) et encore plus rarement un élément d'un syndrome malformatif plus complexe (syndrome de Turner, maladie de Waldmann, par exemple). Ils touchent essentiellement les membresinférieurs (parfois les membres supérieurs et les organes génitaux externes).
 

 

Retour

Recommandations

Accueil