Atlas (Atlante) portant sur ses épaules le globe céleste
Statue faisant partie de la collection du cardinal Alessandro Farnese (1562) ; elle représente le titan Atlas (Atlante) portant sur ses épaules un globe représentant le ciel avec ses quarante constellations.
Il s'agit d'une copie d'une statue de l'époque romaine du II siècle av. J.-C. Musée Archéologique de Naples - Italie.

Auteur : Aly Abbara
13 Novembre, 2011

  • Généalogie :
    Atlas dans la mythologie grecque est classé parmi les géants Titans ; Il était l'aîné de ces trois frères Prométhée, Epiméthée et Ménœtios ; ce sont les enfants soit du titan Eurymédon, soit du titan Japet par la Nymphe Clyméné (Klyméné fille de son frère Océanos). Dans certaines versions ces quatre titans sont les enfants de Japet et d'Asie.

    Pour les Égyptiens, Atlas était le fils de Poséidon qui avait donné naissance, par Clito, à une suite de cinq paires de jumeaux ayant prêté serment de fidélité à leur frère Atlas.

    D'après Platon : le "Atlas" dérive de la racine "tla" qui signifie "souffrant" ou "supportant".

  • La titanomachie (ou la gigantomachie) et la punition du Titan Atlas :
  • Au début de la création, Gaia, la Terre-Mère surgit du Chaos et mit au monde son fils Ouranos, le Ciel pour qu'il l'entoure et qui devienne une demeure pour les dieux.
    Ouranos (ou le Père Originel) fit descendre sur sa mère Gaia (Gê) une pluie formant les cours d'eau, les rivières, les fleuves, les lacs, les mers et les océans ; cette eau fertilisante s'infiltra dans la terre et fit naître sur sa surface les plantes, les animaux, les oiseaux.

    De cette union de Gaia, la Terre-Mère, et d'Ouranos, le Ciel naquirent aussi leurs premiers enfants ; c'était des êtres géants aux cent bras (les Cent-Bras) dont seulement la moitié du corps était humaine : Briarée "fort" (appelé aussi "Ægacon") puis Gygès et Cottos. Pour certains auteurs, les Cent-Bras avaient aussi cinquante têtes ?

    Dans un deuxième temps, naquirent les trois Cyclopes (Brontès = "tonnerre" ; Stéropès = "éclair" et Argès = "éclat"), géants d'un naturel sauvage et pourvus d'un seul œil rond médian au milieu du front ; c'était des bâtisseurs capables de construire des murs gigantesques et aussi des excellents forgerons exerçant leur profession en Tharce, puis en Crète et en Lycie.

    De l'union de Gaia avec Ouranos naquirent aussi les Titans qui étaient au nombre de douze :
    • Six Titans : Océanos, Cœos, Crios, Hypérion, Japet et Cronos "ou le temps" qui fut le plus jeune d'entre eux.
    • Six Titanes (ou Titanide) : Théia, Rhéa, Thémis, Mnémosyne, Phoibê et Téthys.

  • Les Cyclopes se révoltèrent contre leur père Ouranos ; pour les punir, ce dernier les emprisonna dans le Tartare, un sombre lieu dans les profondeurs de la Terre-Mère (pour qu'une enclume projetée atteigne le fond de Tartare, il fallait neuf jours).

    La Terre-Mère Gaia offensée par cette punition décida de se venger d'Ouranos, alors elle fabriqua une faucille d'acier (ou en silex) et persuada ses enfants les Titans d'attaquer leur père ; ce fut Cronos (Chronos) qui conduisit cette révolte. Armé par la faucille de sa mère, il saisit par la main gauche les organes génitaux d'Ouranos endormi, et les coupa à l'aide de la faucille tenue dans la main droitev puis les jeta avec la faucille dans la mer près du cap Drépanon ; les testicules d'Ouranos, en flottant, parvinrent jusqu'à Chypre, où naquit Aphrodite, la déesse de l'amour et des rencontres érotiques. Des gouttes de sang d'Ouranos tombèrent sur la Terre-Mère ; fertilisée, cette dernière mit au monde les Trois Erinyes (Alecto, Tisiphoné et Mégère) et les Méliades, les Nymphes des frênes.

    Les Titans victorieux, libérèrent les Cyclopes du Tartare et désignèrent Cronos souverain de la terre.

  • Cronos souverain, emprisonna de nouveau, dans le Tartare, les Cyclopes avec les géants aux cent bras, probablement parce que c'était des êtres imparfaits du début de la création, il ne fallait pas les montrer.

    Ensuite Cronos prit comme épouse sa sœur Rhéa (à qui le chêne est consacré) et régna sur le monde, mais non sans inquiétude car ses parents, Gaia, la Terre-Mère et Ouranos mourant avaient prédit que l'un de ses propres fils issu de ce mariage le détrônerait.
    Cronos, dans le but d'éviter que cette prophétie se réalise, dévorait systématiquement chaque enfant mis au monde par Rhéa ; effectivement il dévora Hestia, puis Déméter, Héra et enfin Poséidon.

    Rhéa, furieuse, décida de sauver son troisième fils Zeus en le mettant au monde durant la nuit sur le Mont Lycée en Arcadie puis en le confiant à la Terre-Mère Gaia qui le transporta en Crète, sur le Mont Ægéon où elle le confia aux deux Nymphes filles de Mélissée, Adrastée et Io, et à la nymphe chèvre Amalthée, qui le nourrit en même temps que son frère de lait, Pan.
    Rhéa, enveloppa une grosse pierre avec des langes et la présenta à Cronos en lui faisant croire qu'il s'agissait de son nouveau-né Zeus, alors il l'avala effectivement croyant que c'était son fils, mais se doutant quand même de la ruse de Rhéa, Cronos se mit à rechercher Zeus qui se métamorphosa lui-même en serpent, et ses nourrices en ourses pour lui échapper.

  • Zeus adulte, décida de rendre visite à sa mère Rhéa sous le conseil de la Titanide Métis. Rhéa voulant aider son fils dans son projet de vengeance, le rapprocha du cercle des privilégiés de son père Cronos et lui procura une boisson émétique. Cronos qui but une quantité importante de ce breuvage mélangé au miel, vomit d'abord la grosse pierre avalée en dernier, puis indemnes, les sœurs et frères aînés de Zeus ; ses derniers impressionnés par le courage de Zeus, le nommèrent leur chef de guerre contre leur père Cronos et les Titans conduits par le jeune Atlas.

  • La guerre de Zeus et ses frères contre les Titans (guerre connue sous le nom de gigantomachie) dura dix ans, mais pour sortir victorieux de cette guerre, Terre-Mère conseilla à son petit-fils Zeus d'aller libérer les prisonniers de Cronos dans le Tartare. Zeus suivant ce conseil, s'approcha du Tartare et tua la gardienne, la vieille Campé puis libéra les Cyclopes et les géants aux cents bras.

  • Travaillant dans les forges d'Héphaistos, et par reconnaissance, les Cyclopes fabriquèrent et donnèrent à leur libérateur des armes redoutables ; Zeus reçut une de ses armes favorites, la foudre (l'éclair) ; Hadès reçut un casque qui le rendait invisible et Poséidon son fameux trident. En effet, ses trois armes étaient déterminantes pour gagner la guerre contre Cronos, car Hadès invisible vola les armes de Cronos ; Poséidon le menaça avec son trident et Zeus le frappa avec la foudre ; les géants aux cent bras lancèrent des rochers sur les derniers Titans et Pan, avec son cri terrible et soudain les fit fuir. Cronos et les Titans vaincus, furent exilés sur une île dans l'Extrême-Occident (ou emprisonnés dans le Tartare) sauf leur chef, Atlas qui reçut une punition exemplaire, celle de porter pour l'éternité les cieux sur les épaules.

    Les Titanides furent épargnées de toute punition car parmi elles se trouvaient Rhéa la mère de Zeus, et Métis, sa meilleure conseillère.

  • Atlas et le mythe Pélasge de la création :
    Dans le mythe Pélasge de la création, au commencement, la déesse de toutes choses, Eurynomé émergea nue du Chaos, elle sépara la mer du ciel ; puis en dansant sur les vagues, le vent agité sur son passage devint quelque chose de noueau et différent, cela lui permit de constater qu'elle était capable de créer, donc elle saisit le vent du Nord, le frotta entre ses mains, et voilà naquit une nouvelle créature, le serpent Ophion.
    Ophion s'enroula autour la déesse Mère Eurynomé et s'unit à elle ; fécondée, elle se métamorphose en une colombe, elle couva sur les vagues, et pondit l'Œuf Universel.

    À la demande de la déesse Eurynomé, Ophion s'enroula sept fois autour de l'Œuf pour qu'il éclose, se brise et laisse sortir l'ensemble de l'Univers que l'on connaît : le soleil, la lune, les planètes, les étoiles, la terre avec ses reliefs, mers, océans, fleuves rivières, plantes et créatures vivantes.
    Après la création, Eurynomé et Ophion décidèrent de s'installer dans le mont Olympe, mais la déesse Mère chassa rapidement d'Ophion en lui écrasant la tête et brisant les dents avec son talon, puis en l'exilant dans les profondeurs de la terre. En effet Ophion fut puni par la déesse Mère parce qu'il s'auto-proclamait créateur de l'Univers.

    Eurynomé, créatrice des planètes, elle les fit gouverner, chacune par un couple de titan et titanide, c'est ainsi que, le Soleil fut gouverné par Hypérion et Théia ; la Lune par Atlas et Phœbé ; Mars par Crios et Dioné ; Mercure par Cœos et Métis ; Jupiter par Eurymédon et Thémis ; Vénus par Océanos et Téthys et Saturne par Cronos et Rhéa. Le premier homme créé fut Pélasgos, l'ancêtre des Pélasges ; il naquit du sol d'Arcadie.

  • Atlas et l'Atlantide :
    Atlas, avant sa punition par Zeus gouvernait un royaume situé au-delà des colonnes d'Héraclès (Gibraltar) ; on le nomma Atlantide ; un chapelet d'îles où poussaient des arbres fruitiers le séparait d'un continent encore plus lointain, à l'Occident, non relié au monde que les hommes fréquentaient.

    Atlantide était un territoire composé d'une immense plaine centrale entourée de tous côtés par des montagnes sauf une ouverture sur la mer. Les sujets d'Atlas étaient technologiquement très en avance, ils réussirent à creuser un immense réseau de canaux et pratiquer une excellente agriculture ; ils construisirent des temples, des palais, des bains, des hippodromes. Les activités diverses du peuple d'Atlantide rendirent le pays très prospère, possédant des immenses richesses en or et en argent.

    Les sujets d'Atlas étaient aussi des grands combattants faisant la guerre contre les peuples habitant le continent situé à l'Ouest de leur royaume, et aussi à l'Est, contre l'Égypte et l'Italie.
    Les habitants d'Atlantide, voulant s'enrichir à tout prix, devinrent méchants et cruels. Zeus comme responsable pour rétablir la paix dans le monde, permit aux Athéniens seuls de les vaincre et détruire leur puissance, et pour en finir, les dieux envoyèrent un déluge engloutissant, en un jour et une nuit, l'Atlantide en entier.

    Atlas et ses frères :
    Atlas et son frère Ménœtios, échappant au déluge, rejoignirent à Cronos et les autres titans et participèrent à leur guerre contre Zeus et les dieux de l'Olympe (la titanomachie). L'issue de cette guerre de dix ans fut la victoire de Zeus, Ménœtios, en raison de sa méchanceté et son audace sans mesure, fut envoyé dans le Tartare (ou plongé dans l'Érèbe) après avoir été abattu par la foudre de Zeus, et Atlas fut condamné à porter le ciel sur ces épaules.

    Prométhée (le Prévoyant), le créateur de l'espèce humaine d'après la mythologie grecque, prévoyant l'issue du conflit entre les titans et les dieux de l'Olympe, choisit de combattre aux côtés de Zeus et il convainquit son frère Épiméthée de faire de même.

    Prométhée qui assista à la naissance d'Athéna, était le plus habile et le plus avisé des titans. Admiratrice, la déesse lui enseigna tous les arts, les métiers et les sciences, comprises la Médecine, l'Astronomie, l'Architecture, la métallurgie et la Navigation ; Prométhée, de son côté, transmit ses connaissances aux humains.
    Zeus voyant les hommes progresser et prendre le pouvoir au moyen des connaissances acquises grâce à Prométhée, décida de les exterminer totalement, mais encore, c'est l'intervention de Prométhée auprès de Zeus qui les sauva de l'anéantissement.

    Un jour, les hommes de Sicyons se disputaient à propos des parties d'un taureau sacrifié qu'il fallait consacrer aux dieux ; Prométhée fut choisi comme arbitre. En découpant et dissimulant sous l'estomac toute la chair de l'animal, puis en recouvrant par les graisses les os du taureau, Zeus qui devait choisir, se fit piégé en choisissant les graisses et les os, et en laissant aux humains la chair. Mécontent le dieu, maître de l'Olympe, retira le feu aux humains pour qu'ils mangent la viande crue.

    Prométhée déterminé à rendre le feu aux humains, il supplia Athéna de lui donner la permission de se rendre à l'Olympe ; la déesse lui donna ce qu'il souhaitait. Prométhée à l'Olympe, cacha dans la tige creuse d'un fenouil géant un morceau de braise incandescente provenant d'une torche qu'il l'alluma par le feu du char solaire. Fuyant discrètement l'Olympe, il rejoignit les hommes pour leur remettre le feu.

    Zeus voulant se venger de Prométhée à travers son frère Epiméthée (celui qui réfléchit après coup), il ordonna aux dieux de l'Olympe, Pandore, la plus belle femme qui fut jamais créée, mais aussi la plus sotte, méchante et paresseuse des femmes. Ce fut Héphaïstos qui la façonna en argile, les quatre vents lui insufflèrent la vie, les déesses la parèrent et enfin ce fut Hermès qui l'escorta jusqu'à Epiméthée comme épouse. Epiméthée, prévenu par Prométhée de ne jamais accepter de cadeau provenant de Zeus, refusa d'épouser Pandore. Zeus irrité d'être enroulé à plusieurs reprises par Prométhée, le fit enchaîner nu par Héphaïstos, à une colonne placée sur la plus haute cime des montagnes glaciales du Caucase où un vautour (un aigle aux ailes déployées) lui dévorait son foie immortel durant les journées, puis durant les nuits glaciales, son foie se reconstituait.

    Epiméthée voulant soulager son frère de cette souffrance sans interruption, épousa Pandore. Une fois chez lui, elle décida d'ouvrir une jarre que Prométhée avait recommandé à son frère de la tenir toujours fermée parce qu'il y avait enfermé tous les maux et les maladies pouvant frapper les humains, y compris la vieillesse, la folie, les vices, la passion et le travail. Le contenu de la jarre se répandit parmi les humains, alors la seule chose qui les sauva d'un suicide général fut " La trompeuse Espérance " que Prométhée avait aussi enfermée dans la jarre.

    Prométhée resta enchaîné et torturé dans les montagnes du Caucase durant des siècles (trente ans selon certaines versions) jusqu'à ce que le célèbre Héraclès vint vers lui rechercher conseils sur la conduite à tenir pour réussir à rapporter les pommes d'or du jardin des Hespérides.
    Héraclès, obtenant des bons conseils décida, après avoir obtenu l'autorisation de Zeus, de tuer l'aigle et libérer Prométhée des chaînes qui le retenaient. En effet, Zeus accepta cette libération car Prométhée, comme un bon conseillé, l'avait averti de ne pas épouser la Néréide Thétis (fille de Nérée et de Doris), car de cette union naîtrait un fils dont le destin serait de le détrôner.

    Rapidement après, Prométhée échangea sa mortalité par l'immortalité du centaure Chiron, car ce dernier, blessé accidentellement par une des flèches d'Héraclès empoisonnées par le sang de l'Hydre de Lerne, il souffrait terriblement et la mort et la descente vers le monde inférieur de Hadès étaient le seul moyen pour calmer ses douleurs.

  • Les enfants d'Atlas :
    • Les trois Hespérides : Hespéria, Æglé et Érythie.
      Elles habitent en Extrême-Occident, au-delà de l'Océan, dans le jardin que la Terre-Mère offrit à Héra pour son mariage avec Zeus ; elles chantent d'une voix douce et mélodieuse. Les trois Hespérides représentent les trois couleurs identifiables dans le ciel au coucher du soleil à l'Extrême-Occident, c'est-à-dire le vert, le jaune et le rouge, comme un pommier chargé de pommes à différent degré de maturité.

      Selon certains mythographes, les trois Hespérides sont les filles d'Atlas d'Héspéris ; pour d'autres ce sont les filles de la Nuit ; les filles d'Hespéros (l'étoile qui apparaît à l'Occident après le coucher du soleil ; fils d'Eos et frère d'Atlas dans certains mythes) ; encore pour d'autres elles sont des Phorcides, c'est-à-dire les enfants de Céto par Phorcys (enfants de Pontos par la Terre-Mère) ; d'ailleurs Ladon, Echidna, les trois Gorgones et les trois Grées sont aussi des Phorcides.
      Pour certains, Ladon le serpent géant ou le dragon était le fils de Typhon et d'Échidna, ou le fils par parthénogenèse de la Terre-Mère ; il avait cent têtes.

      Le jardin des Hespérides fut un endroit enchanté où coulait l'ambroisie, boisson des dieux ; il se trouvait sur les pentes du mont Atlas, ou à l'Occident, quelque part au-delà de l'Océan, là où les chevaux du char du Soleil achèvent leur circuit diurne, et là où Atlas comme jardinier, laissait ses mille moutons et ses mille vaches paître.
      Dans ce Jardin, Héra décida de garder, sous la protection d'Atlas (avant sa punition par Zeus) les fruits du pommier d'or, cadeau de la Terre-Mère ; mais constatant que les filles d'Atlas, les Hespérides volaient les pommes, elle fit enrouler le serpent géant Ladon autour du pommier pour que personne ne puisse s'approcher de l'arbre.
      Pour certains ce fut Atlas lui-même qui construisit des murs solides autour du jardin et chassa les étrangers de son domaine, et encore il enroula Ladon autour du pommier d'or, car Thémis l'avertit qu'un jour, un enfant de Zeus viendrait dépouiller cet arbre.

    • Les Hyades : c'est la personnification d'un groupe d'étoiles dans la constellation du Taureau dont l'ascension héliaque s'accompagne par la plus grande partie de la pluie qui tombe sur la Grèce et qui provient de l'Ouest, de l'Océan Atlantique.

      Elles sont d'après certains auteurs les filles d'Atlas par l'Océanide Aithra (Æthra). Leur nombre est variable selon les récits et passe de deux à trois, à quatre et enfin sept, comme les Pléiades.

      Parmi les Hyades les plus connues dans la mythologie grecque : Ambrosie, Eudore, Coronis, Polyxo, Phœo, Dioné et Æsilé

      Dans un mythe, elles sont les Nymphes de Dodone, et aussi les nourrices de Dionysos. Poursuivies par Lykourgos alors qu'elles s'occupaient de Dionysos enfant, Zeus les transforma en étoiles pour échapper à leur poursuivant, et aussi par gratitude d'avoir mené Dionysos sain et sauf entre les mains d'Ino.

      Dans un autre récit, suite à la mort de leur frère Hyas, elles meurent de tristesse, Zeus ému les métamorphose en étoiles pour les consoler et faire cesser leurs pleurs, mais néanmoins, cela ne les a pas empêché de verser des larmes (sous forme de pluies), d'ou leur nom Hyades qui signifie "pleureuses"
      .
      Les sept Pléiades : sont les filles d'Atlas par l'Océanide Pléioné " La reine voyageant sur la mer ".
      Hésiode les appella "Atlageneis" (les nées d'Atlas) et les nomma : Taügété (Taygète), Electra, Alcyoné, Astéropé, Célaino, Maia et Méropé.
      Mousaios fait des Pléiades, les filles d'Atlas et de l'Océanide Aithra.
      Pour certains mythographes, elles étaient parmi les filles vierges compagnons d'Artémis. Un jour Orion, amoureux d'elles, les poursuivit à travers les prairies béotiennes, alors pour lui échapper, les dieux les métamorphosèrent en colombes puis les placèrent dans le ciel, parmi les étoiles.
      Dans d'autres mythes, désespérées de la punition infligée par Zeus à leur père Atlas, elles se donnèrent la mort, alors Zeus les plaça dans le ciel sous forme de la constellation qui porte leur nom commun.

      Pour d'autres mythographes, les pléiades n'étaient pas vierges, trois d'entre elles s'étaient unies à Zeus, deux à Poséidon, une à Arès et la septième, Méropé était l'épouse du mortel Sisyphe de Corinthe ; elle lui donna trois enfants, Glaucos, Ornytion et Sinon.
      Méropé en se mariant avec un mortel devint une étoile plus sombre que ces autres sœurs, mais dans certains récits, c'est Electra qui est la Pléiade la moins lumineuse, car elle détourne son visage du sac de la ville de Troie.

      Dans certains récits, Maia vivait seule, à l'écart des ses sœurs, dans une caverne ; elle joua le rôle de maîtresse de Zeus qui lui donna Hermès comme enfant.

      Parmi les Alcyoné de la mythologie il y a Alcyoné, la première des sept Pléiades.

      Le lever héliaque des Pléiades, au mois de mai de chaque année, annonçait pour les marins le début de la reprise de la navigation, et leur coucher en novembre indiquait la fin de cette activité. En effet, le mot pléiade dérive d'un mot grec qui signifie "naviguer"
      Pour Hésiode, les Pléiades donnent le signal du commencement du bon temps et des moissons d'où leur nom latin Vergiliae, du mot ver, le printemps.

      Calypso :
      D'après certains, Calypso était la fille d'Atlas et Téthys, pour d'autres, elle était la fille d'Océanos par Téthys, ou bien la fille de Nérée.
      Calypso est mot dérivé du verbe "cacher"; elle est la personnification de la profondeur des eaux

      Elle vivait sur l'île d'Ogygie (Ortygie) dans la mer Ionienne ou sur les côtes du Maroc septentrional, là où Ulysse eut échoué après neuf joursde ballottage sur mer suite à une tempête ayant brisé son navire au cours de son voyage de retour à sa patrie, Ithaque après la fin de la guerre de Troie.

      La charmante Calypso qui habitait une vaste caverne, accueillit Ulysse qui faisait l'allée-retour d'un côté à l'autre de la plage ; elle lui offrit de la nourriture et du vin fort, puis une place dans son lit tout en lui promettant l'immortalité et la jeunesse éternelle s'il accepte de rester vivre avec elle.
      Ulysse resta vivre sur l'île d'Ogygie avec Calypso durant sept ans (ou seulement cinq ans), jusqu'au jour où il ne put plus supporter cette vie et cette femme, avec un esprit occupé par la nostalgie pour sa patrie Ithaque, son épouse Pénélope et ses enfants.

      Zeus constatant la tristesse rongeant le cœur de son protégé Ulysse, profita d'un moment d'absence de Poséidon, l'ennemi d'Ulysse, pour envoyer Hermès auprès de Calypso pour lui ordonner de le laisser partir. Elle obéit et laissa Ulysse partir après lui avoir donné tous les outils nécessaires pour construire un radeau composé des écorces d'arbres attachées les unes aux autres ; elle lui donna aussi comme provisions un sac de blé, des outres de vin et d'eau et de la viande séchée.
      Une fois Ulysse en mer, Poséidon aperçut sa présence, et voilà une nouvelle aventure qui commençait pour le roi absent d'Ithaque.

  • Atlas, Héraclès et les pommes d'or du jardin des Hespérides (11ème des 12 travaux d'Héraclès) :
    • Eurysthée exigea d'Héraclès de rapporter les fruits du pommier d'or gardé dans le jardin des Hespérides.

      Héraclès ne sachant pas où se trouvait le jardin des Hespérides, il consulta les Nymphes du fleuve Eridan, en Illyrie qui lui conseillèrent tout d'abord de consulter Nérée sur la route à suivre ; après avoir essayé de fuir en se transformant en animal, le Vieillard de la Mer dompté lui donna des conseils pour circonvenir le géant Atlas, pères des Hespérides, mais pour d'autres mythologues, ce fut Prométhée qui lui donna les conseils nécessaires pour voler les pommes du pommier d'or.

      Busiris, le tyran roi d'Egypte envoya une expédition pour enlever le trois Hespérides ; alors Héraclès qui rencontra sur son chemin les messagers de ce roi, les tua tous. En même temps, la sécheresse et la famine s'abattaient sur l'Egypte, Alors le roi Busiris en appliquant les conseils de Phrasios de Chypre, sacrifia tous les étranger dans son pays, puis il emprisonna Héraclès qui passait dans son pays. Ce dernier échappa à la mort en se libérant de ses liens puis il tua le roi tyran Busiris ainsi que son fils Amphidamas et ses proches.

      Donc Héraclès alla à la rencontre de Prométhée enchaîné et supplicié selon la volonté de Zeus par un vautour (ou un aigle) qui dévorait son foie sans cesse régénéré. Prométhée lui conseilla de ne pas cueillir les pommes lui-même et de les faire cueillir par son frère le géant Atlas, et pour cela, il faut le soulager durant un certain temps en portant la voûte céleste à sa place.
      Héraclès partit vers la patrie d'Atlas, à l'Extrême-Occident après avoir libéré Prométhée.

      Arrivant au jardin des Hespérides, Héraclès vint auprès d'Atlas et lui demanda de cueillir pour lui les pommes du pommier d'or ; bien qu'Atlas tenait beaucoup à garder les pommes d'or dans son jardin, il accepta quand même de les récupérer et les donner à Héraclès, car pour lui c'était la seule occasion de répit et un moment de détente précieux.
      Atlas, redoutant du serpent géant Ladon, il demanda tout d'abord d'Héraclès de se débarrasser de lui. Héraclès qui était prêt à accepter tout, tua le dragon Ladon en tirant par-dessus le mur du jardin une de ses flèches autrefois trempées dans le sang empoisonné de sa sœur, l'Hydre de Lerne, puis il prit provisoirement la place d'Atlas.
      Le géant Atlas revint avec trois pommes d'or recueillies par ses filles les trois Hespérides, mais goûtant à la liberté, il refusa de reprendre son fardeau et annonça à Héraclès qu'il allait apporter lui-même ces pommes d'or à Eurysthée et pour cela, il proposa à Héraclès de porter la voûte céleste durant quelques mois, c'est-à-dire, le temps nécessaire pour accomplir cette mission. Héraclès prévenu auparavant par Nérée de ne jamais accepter une telle proposition, il décida de recourir à la ruse, donc il fit semblant d'accepter et demanda à Atlas de porter quelques instants la voûte céleste à sa place, le temps nécessaire pour mettre un coussinet confortable sur sa tête et ses épaules. La ruse fonctionna à merveille et Atlas très naïf, posa les pommes d'or par terre et reprit le fardeau sur ces épaules. Héraclès ramassa rapidement les fruits et s'enfuit en regardant ironiquement son interlocuteur.

      Quelques mois plus tard, Héraclès rencontra Eurystée, le roi qui ordonnait à Héraclès de réaliser l'ensemble de ces travaux, il lui donna les trois pommes, mais le roi considérant ce travail comme étant bien accompli, il rendit à Héraclès les fruits qui de son côté les offrit à Athéna ; la déesse les restitua aux Hespérides car après tout, ces pommes étaient la propriété d'Héra épouse du maître de l'Olympe, Zeus.

      Triste d'avoir perdu Ladon, Héra l'envoya dans la voûte céleste en créant la constellation du Dragon.

      Dans une version très différente ; les trois Hespérides, filles d'Atlas ont été enlevées de leur jardin par des prêtres égyptiens. Héraclès les libéra de cette captivité. À titre de récompense, Atlas qui fut le premier Astronome connaissant parfaitement la voûte céleste à tel point qu'il la portait sur ces épaules, donna à Héraclès les fruits du pommier d'or, l'objet de son onzième travail, puis il lui enseigna l'Astronomie ; alors Héraclès satisfait, porta le ciel à sa place, puis en quittant le jardin des Hespérides, ce ne fut pas Atlas qui reprit la voûte céleste sur ses épaules, mais un autre titan astronome nommé Cœos (alias Thoth).

  • Atlas, Persée et la formation des chaînes montagneuses d'Atlas en Afrique du Nord :
    • Après avoir tué la Gorgone Méduse, sur son chemin du retour, en Ethiopie, Persée utilise sa tête pour délivrer la belle Andromède, fille de Céphée, le roi éthiopien de Joppé en Philistia, et de Cassiopée. En effet, Persée en se battant avec le monstre marin qui s'apprêtait à dévorer Andromède, utilise la tête de Méduse pour le pétrifier et sauver Andromède qui devint son épouse.
    • Encore sur son chemin de retour à Sériphos, Persée fait un détour par l'Afrique, mais comme étant le fils de Zeus, il fut mal reçu par le Titan Atlas ; Persée, pour le punir, le pétrifie en lui présentant la tête de Méduse, il le transforma en la montagne d'Atlas d'Afrique du Nord. En effet, pour les anciens, Atlas et la personnification des montagnes Atlas, en Afrique du Nord, qui paraissaient supporter sur leurs cimes le ciel.

  • Atlas dans le monde moderne :
    • En Médecine (anatomie) :
      • Première vertèbre du cou qui s'articule d'un côté avec le pourtour du trou occipital du crâne et de l'autre côté avec l'axis (deuxième vertèbre cervicale), c'est ainsi elle supporte la tête, comme Atlas qui porte le ciel sur ses épaules.
        L'axis (ou l'odontoïde) s'articule avec l'atlas par sa longue apophyse épineuse qui sert de pivot aux mouvements de rotation de la tête.
      • Ouvrage d'anatomie prenant la forme de recueil de planches anatomiques.

    • En Géographie :
      • Recueil de cartes géographiques qui indiquent les zones où sont employés certaines formes, certains mots, certains phonèmes, ainsi que les limites (Le Grand Robert de la langue française).
        • Le premier auteur ayant employé le mot Atlas dans cette utilisation fut Mercator au recueil qu'il publia en 1585 dans un ouvrage comprenant les cartes du monde entier et plusieurs planisphères dressés suivant la projection de Mercator, et dont la nomenclature était en français, mais qui ne portait non plus ni date de publication, ni nom d'éditeur. (Le Grand Robert de la langue française).
      • Atlas : l'ensemble des chaînes montagneuses de l'Afrique du Nord dont le point culminant est à djebel Toubkal (hauteur 4165).
      • L'Océan Atlantique : c'est Hérodote qui donna à cet océan ce nom pour rendre hommage à Atlas en supposant qu'il portait la voûte céleste dans un endroit très loin dans l'océan.
      • Atlantide : le royaume perdu bien que les recherches n'aient jamais cessé pour le trouver.

Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : le 13 Novembre, 2011

  • Bibliographie :
    • Lucia Impelluso : Mythes - Histoire et représentations des dieux et héros de l'Antiquité. Editions de la Martinière- 2008.
    • Félix Guirand ; Joël Schmodt. Mythes, Mythologie - Histoire et dictionnaire. Larousse 2006.
    • Timothy Gantz : Mythes de la Grèce archaïque - Belin 2004.
    • Robert Graves. "Les mythes grecs" traduction intégrale du livre de langue anglais "Greek Myths Cassell & C° LTD. Londres" . Edition 2, Livre de poche La Pochothéque, FAYARD. 2005.
    • Catherine Salles " La Mythologie grecque et romaine " Hachette littérature. Tallandier Éditions, 2003.
    • Jean Chevalier, Alain Gheerbrant."Dictionnaire des symboles" Edition Robert Laffont 1989.
    • Pierre Ellinger. Dictionnaire des mythologies (Sous la direction de Yves BONNEFOY). Flammarion, Paris - 1981 ; tome I.
    • Pierre Grimal, La Mythologie grecque (collection Que sais-je ?) 1972.

Contact
www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com
Paris / France